Comment savoir si mon chien a des puces ?

Votre chien se gratte et est plus agité que d’habitude. A-t-il des puces ? Apprenez à détecter ces parasites qui peuvent occasionner des problèmes importants chez votre animal.

Ctenocephalides felis et Ctenocephalides canis sont les noms scientifiques des puces du chat et du chien, respectivement, mais c’est la puce du chat qui s’est le mieux adaptée et qui est la plus répandue, y compris chez le chien.

Les puces ont une grande capacité de transmission d’un animal à l’autre et elles se reproduisent rapidement. Cet article présente leur cycle de vie et quelques-unes de leurs caractéristiques principales qui expliquent leur grande capacité de propagation.

Les puces adorent les foyers… où vivent des chiens

Compte tenu de leur cycle de vie, il est facile de comprendre que la maison constitue un environnement idéal pour le développement des puces.

Quand un chien est infesté, il devient un véritable « distributeur » d’œufs de puce, il les sème partout où il passe, surtout dans les endroits qu’il fréquente le plus, comme les lieux où il se repose.

À l’extérieur de la maison, les puces peuvent se cacher sous un porche ou dans un lieu couvert, à l’abri de la lumière, dans les escaliers et autour de la niche du chien. Une fois à l’intérieur de la maison, le panier de l’animal, les tapis et le dessous des meubles sont les lieux préférés des larves jusqu’à ce qu’elles deviennent adultes et recherchent un hôte, comme votre chien ou, pourquoi pas, les personnes qui vivent dans votre foyer.

Les puces peuvent survivre à des températures très variées, et les basses températures hivernales ne garantissent pas leur disparition. En effet, lorsque la température ne leur convient pas les pupes restent latentes, pouvant retarder l’apparition des puces adultes de plusieurs mois. Par contre, dès que la température et l’humidité augmentent, les puces adultes sortent et se reproduisent très rapidement (durant les 50 premiers jours, une puce femelle pond jusqu’à 1 300 œufs).

Le cycle de vie de la puce peut durer entre 2 semaines et presque 6 mois, en fonction des conditions de température et d’humidité.

Comment savoir si un chien a des puces ?

Sauriez-vous reconnaître les signes qui indiquent la présence de puces chez votre chien ?
  • Chez le chien, le signe le plus évident est le grattage intense destiné à soulager les démangeaisons produites par les puces. Votre animal peut se faire des épilations et des blessures avec les griffes ou les dents.
  • Si vous retrouvez ces insectes ou leurs déjections, il est alors évident que les démangeaisons sont provoquées par la présence de puces. Pour ce faire, il faut inspecter attentivement le pelage de votre chien. Avec la main, écartez les poils sur le dos de votre animal, pour pouvoir voir la peau. Si l’infestation est suffisamment abondante, vous pourrez probablement retrouver des puces.
  • À cette fin, vous pouvez utiliser un peigne avec des dents fines spécialement conçues pour retenir les puces. Attention, le fait de ne pas trouver de puces ne signifie pas qu’il n’y en a pas.
  • Si vous retrouvez des points noirs évoquant des déjections de puce, comme des grains de poivre, vous pouvez vous assurer qu’il s’agit vraiment de déjections en les déposant sur un papier humide. S’ils laissent une tache de couleur brun-rouge, il s’agit bien de déjections de puce et ce que vous observez est le sang de votre chien contenu dans les déjections (sang qui servira de nourriture aux larves).
  • Un signe indirect d’une infestation par des puces est la présence d’un autre parasite transmis par ces insectes. Il s’agit du ténia Dipylidium caninum, un ver plat parfois visible dans les déjections sous la forme de petits grains de riz blanchâtres. Lorsqu’il se lèche, le chien peut ingérer accidentellement une puce contenant une larve du ver. Cette larve sera libérée dans les intestins du chien et deviendra un ver adulte. Si un chien est infesté par ce ténia, il peut présenter une détérioration de l’état général, des diarrhées ainsi que des démangeaisons importantes au niveau de l’anus ; on peut d’ailleurs parfois le voir se frotter le derrière par terre pour soulager ces démangeaisons.
  • Si un membre de la famille a des piqûres de puce, il est très probable que votre chien soit infesté.

Chez le chien, le signe le plus évident d’une infestation par des puces est le grattage intense destiné à soulager les démangeaisons produites par les piqûres

Les puces peuvent être plus dangereuses que l’on croit

L’une des conséquences les plus graves et les plus fréquentes d’une infestation par des puces est la dermatite par allergie aux piqûres de puces (DAPP). Il s’agit d’une réaction allergique à certaines protéines présentes dans la salive de la puce.

Cette dermatite n’apparaît pas à chaque infestation par des puces, mais c’est certainement l’affection cutanée la plus fréquente chez le chien (et aussi chez le chat) dans les régions chaudes ou tempérées comme les pays méditerranéens.

Cette maladie touche en général les animaux âgés de 1 à 3 ans, et il est rare de la rencontrer chez les chiots de moins de 6 mois. Une fois l’état allergique installé, il suffit d’une piqûre hebdomadaire de puce pour entretenir la maladie. Certaines races sont davantage prédisposées que d’autres (comme le berger allemand ou le bouvier des Flandres).

L’apparition d’une dermatite accompagnée de fortes démangeaisons permet d’identifier facilement cette affection. Des croûtes, des nodules et des squames apparaissent sur la peau, principalement au niveau de la région lombaire et des membres postérieurs. Elle touche également l’abdomen où apparaissent des lésions. Une chute de poils est fréquente au niveau des aisselles, de l’aine et du cou. Une consultation chez le vétérinaire s’impose dès l’apparition des premiers symptômes car les lésions peuvent s’aggraver et s’infecter (provoquant des séborrhées et des infections secondaires).

Il faut évidemment commencer par éviter les piqûres de puce afin d’empêcher l’aggravation de la situation.

Il est donc très important de combattre les puces pour éviter les conséquences d’une infestation. N’attendez pas de découvrir les signes de la présence de puces pour appliquer un traitement préventif efficace.

Lorsque vous détectez la présence de puces adultes chez votre animal, cela signifie qu’il y a déjà une grande quantité de puces immatures qui se développent dans l’environnement. Il faut donc choisir un produit agissant à la fois sur l’animal et le foyer, capable d’éliminer les formes immatures cachées dans les tapis, les paniers de couchage et sous les meubles. Ces produits contiennent un IGR (Insect Growth Regulator) qui inhibe la croissance des insectes et empêche les larves de parvenir à l’âge adulte. Vous pourrez ainsi éliminer la source d’infestations tout au long de l’année.

La puce du chien (Ctenocephalides canis, à gauche) et la puce du chat (Ctenocephalides felis, à droite) se ressemblent beaucoup mais c’est la puce du chat qui est la plus répandue.

Un chien infesté devient un véritable « distributeur » d’œufs de puce, il les sème partout où il passe. Les œufs éclosent et donnent naissance à des larves, qui deviennent des pupes puis des adultes qui attendent l’arrivée d’un hôte à leur portée.